Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2009 1 31 /08 /août /2009 16:09

A moins d’être allergique, nous consommons tous des œufs, que ce soit au plat, en omelette, dans les préparations de gâteaux, de quiche…etc...

Mais connaissons nous vraiment les œufs ?

Dans ma quête de comprendre ce que je mange, j’ai enfilé ma casquette de Sherlock et voici le résultat. Ame sensible…aurez-vous le courage de lire jusqu’au bout ?

Le poids :

  • Les petits œufs (S) pèsent moins de 53 grammes.
  • Le poids des œufs moyens (M) est compris entre 53 et 63 g.
  • Le poids des gros œufs (L) est compris entre 63 et 73 g.
  • Les très gros œufs (XL) pèsent plus de 73 g.

Le code sur la coquille :

exemple:    1FRWDQ01

Le 1er chiffre correspond au mode (catégorie) d'élevage de la poule.
Les 2 lettres qui suivent au pays d'origine (FR pour France...).
Le code final permet d'identifier l'élevage d'origine.

Il existe ainsi 4 modes d'élevage différents, dont voici les différences.

Catégorie 0 : oeufs de poules élevées en plein air (Agriculture Biologique).
Densité :
6 poules au maximum par m2.
Alimentation : alimentation biologique à 90 % minimum.
Extérieur : abris et végétations sur un parcours herbeux de 4 m2 par poule au minimum.
Intérieur : dans les bâtiments, le nombre de poules est limité et les densités plus faibles que dans les autres catégories.
 
Catégorie 1 : œufs de poules élevées en plein air (Label Rouge fait partie de cette catégorie).
Densité : 7 poules maximum par m2.
Alimentation : céréales en majeure partie mais pas bio.
Extérieur : en journée, accès à un parcours herbeux en majeure partie recouvert de végétation avec un minimum de 4 m2 par poule.
Intérieur : élevage en bâtiment mais sans cage.

Catégorie 2 : oeufs de poules élevées au sol.
Densité : 9 poules maximum par m2.
Alimentation : probablement la même que les poules de catégorie 3.
Extérieur : pas d'accès au plein air (en prison quoi !).
Intérieur : pas de cages Mais élevage intensif. Les poules restent exclusivement à l'intérieur des bâtiments, dont un tiers du sol est couvert de litière.

Catégorie 3 : oeufs de poules élevées en cage.
Densité : 18 poules par m2 (oui, vous avez bien lu !).
Alimentation : céréales non bio (engrais, pesticides...), cadavres d'animaux, produits chimiques et préventifs (antibiotiques, antidépresseurs...). Elles sont aussi très souvent alimentées.
Extérieur : pas d'accès au plein air (finalement, pire que la prison !).
Intérieur : élevage intensif en cage. Chaque poule a 550 cm2 (à peine la surface d'une feuille de papier A4). A partir de 2012, les cages devront être équipées de perchoirs et de nids (quel luxe !!!). La surface sera portée à 750 cm2.

Les poules en cage souffrent d'entassement, de stress, de fractures.
L'animal est considéré comme une machine à pondre, et non, comme un être vivant.

Les poussins mâles sont inutiles. Ils sont soit broyés, gazés ou jetés dans des bennes encore vivants ou ils y meurent étouffés par leurs congénères. Ils ne seront jamais des poulets de chair car ce ne sont pas les mêmes races.

Dans les immenses hangars, la lumière est artificiel ce qui sert à accélérer la ponte. Le processus naturel n’est pas respecté.

Les cages sont en pente pour que les œufs puissent rouler vers l’extérieur. D’où un inconfort et des douleurs pour les poules qui doivent constamment bloquer leurs pattes.

Les poules ne peuvent pas voler, s’étendre, marcher. Elles s’ennuient, stressent, s’attaquent à leurs (codétenues) voisines, deviennent agressives et même pour certaines, carrément folles. La solution trouvée par leurs (bourreaux) éleveurs, le DEBECQUAGE. Cela consiste à couper une partie du bec avec une lame chauffée (inutile de vous dire que ce n’est pas réaliser sous anesthésie !). Lors de cette opération, les becs peuvent être carrément arrachées…et la douleur peut durer toute leur vie.

L'odeur y est insupportable car l’aération ne suffit pas et le bruit assourdissant.
Pas de sol à gratter, ni matériau pour construire un véritable nid.

Les scientifiques ont remarqués que les poules se retiennent de pondre jusqu’à ½ heure à chaque œuf car elles se sentent incapables de protéger leur progéniture (détresse psychologique).

En fin de vie, les poules sont épuisées, amaigries, souffrant de fractures, luxations…elles ne sont donc pas présentables pour la consommation. Alors, leurs tortionnaires ont trouvé encore une solution pour ce faire encore du profit : les carcasses deviennent des cubes de bouillon « à la poule », des soupes au poulet, de la farce pour raviolis, des saucisses de volaille…etc…etc…

En France, 87 % des œufs sont pondus par des poules élevées en cage.

La qualité nutritionnelle :

Les œufs sont riches en protéines, source de vitamines (A, B, D, K…), fer, phosphore, zinc et antioxydants.

Les lipides sont composés, 1/3 d’acides gras saturés et 2/3 d’acides gras insaturés.

Les œufs bio apportent 5 fois plus d’oméga 3 que les œufs industriels.

Il est préférable de manger un seul œuf bio, plutôt que 2 œufs de catégorie 2 ou 3. L’apport nutritionnel sera de bien meilleure qualité.

Les prix :

Catégorie 0 :     2.11 € les 6 oeufs, soit 0.35 € l'unité.
Catégorie 1 :     1.62 € les 6 oeufs, soit 0.27 € l'unité.
Catégorie 3 :     1.05 € les 6 oeufs, soit 0.17 € l'unité.
(Prix relevés au Leclerc)

Donc, finalement, manger un œuf bio ne coûte pas plus cher que de manger 2 œufs bas de gamme (pesticides, antibiotiques…) !

Que pouvez-vous faire ?

Vous pouvez agir et refuser ce genre de commerce. Le sort de ces poules ne dépend que de vous.
●Pour ne plus contribuer sans le savoir à l’élevage en batterie, achetez des œufs bio ou de plein air avec sur les coquilles le chiffre 0 ou 1.
● Ne vous fiez pas au design des boîtes qui sont souvent trompeuses.
● Faites aussi attention à la vente en vrac qui peut être une arnaque, seule solution, lire le code sur la coquille.
● Parlez-en autour de vous. Tant de personnes ignorent ce qui se passe derrière les portes de ces hangars.
● Au restaurant, refusez les plats qui en contiennent ou demandez s’ils sont bio.
● Au supermarché, lisez les étiquettes des paquets de gâteaux, les plats préparés, les pâtes, mayonnaises, pâtisseries, gâteaux secs, flans et autres desserts.
● Plus la demande d’œufs bio ou de plein air sera, plus les prix baisseront. Et oui, plus il y aura de demandes pour des œufs bio et plus les producteurs s’y mettront, et, du fait de la concurrence,  les prix baisseront !

Conclusion :

Pour ma part, le choix est fait !

Nous avons le pouvoir de faire changer les choses. En refusant la «malbouffe », nous signalons aux industriels « STOP, CA SUFFIT ! ».

Sources :
www.oeufs.org
les poules pondeuses
PMAF

Et dire qu’il y a des poules qui  s’enferment volontairement dans des lofts pour passer à la télé et qui se plaignent parce que leur mascara à couler ou parce qu’ils ont une tache sur leur joli t-shirt ! Celles-là, même pas je les plains !!!

 

Repost 0
25 août 2009 2 25 /08 /août /2009 22:34
Comme beaucoup, j'ai pris conscience que l'eau était précieuse et qu'il ne fallait pas l'utiliser à tort et à travers.


En machine: bien jeter les restes à la poubelle mais inutile de rincer les assiettes avant, il y a un filtre à l'intérieur de l'appareil qui est fait justement pour récupérer les petites particules.
Pour ma part, le fait d'acquérir un lave-vaisselle m'a fait économiser 1/3 sur ma facture d'eau. Il consomme 13 litres par lavage et je le fais tourner la nuit en heures creuses.

A la main: Il n'y a que les casseroles que je nettoie à la main. Mais si vous n'avez pas de lave-vaisselle, voici quelques conseils pour faire des économies:
Commencez par laver le moins sale (verres) et finissez par le plus sale (casseroles).
Ne laissez pas l'eau couler en continu, que ce soit pour laver ou rincer.
Utiliser de petites quantités de liquide vaisselle car plus il y en a et plus il faut d'eau pour rincer.
Si votre évier est grand, utilisez une bassine, cela permettra d'utiliser moins d'eau .

Je vous recommande le site de la fondation Nicolas Hulot qui regorge de bonnes idées !

Source:
défi pour la planète

Repost 0
18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 15:53

Voici un coup de cœur pour un blog que j’aime beaucoup. J’y suis arrivée alors que je cherchais des recettes sans gluten et j’y ai trouvé mon bonheur.

Miss Diane est sympathique, généreuse et son blog « les carnets de Miss Diane » est plaisant. Que demander de plus ? Je vous conseille une visite !

Dernièrement, une idée à germer dans son esprit : « Ce que vous avez de plus vieux dans votre cuisine et dont vous ne sauriez vous passer... »

J’ai trouvé cette démarche intéressante dans ce monde de surconsommation !!!

Alors voici, ce qui est de plus vieux dans ma cuisine…


...une soupière !

Oui mais pas n’importe quelle soupière !...Celle de mon arrière grand-mère Yvonne, dit Marraine ! Sa valeur est sentimentale. Je l’ai depuis plus de 15 ans. Mais…à quoi me sert-elle me direz-vous ?...eh bien, je m’en sers non pas pour y mettre la soupe, mais comme…réserve à riz !!! Et du riz, chez nous, on n’en mange très souvent !...et à chaque fois, que je la regarde, j’ai une pensée nostalgique pour cette aïeule qui aurait eu 105 ans ce mois-ci.

 

N’hésitez pas, à votre tour, à faire découvrir ce qu’il y a de plus vieux dans votre cuisine !!!

Repost 0
20 juillet 2009 1 20 /07 /juillet /2009 16:18

Ma petite histoire : je suis rarement malade. Bonne nouvelle !  Ce que j’appelle malade, c’est avoir une angine, une gastro, la grippe, de la fièvre,…quelque chose qui vous achève sur place ! Par contre, depuis que je suis jeune, j’ai régulièrement des douleurs à l’estomac et aux intestins, un ventre qui gonfle et dégonfle sans savoir pourquoi, des soucis de sinusite, de l’urticaire sur le bas des joues et dans le cou, une rhinite qui est devenue au fil du temps chronique,…

Jusqu’ici mon reflex était d’aller voir mon généraliste quand la situation devenait insupportable. Et résultat, je me retrouvais avec des médicaments qui me soulageaient d’un côté et me détraquaient de l’autre.

Je suis donc passée à l’homéopathie (une première découverte !), qui m’aide bien, surtout qu’il n’y a pas d’effets secondaires. Cependant, mes symptômes ont tendance à revenir après un certain laps de temps sans prise de granules.

Et puis l’année dernière, j’ai consulté un ostéopathe pour un blocage du dos (conséquence d’un accouchement non idéal !). Lors de la consultation, l’ostéo m’a posé diverses questions et m’a alors dit que j’étais très probablement intolérante au gluten et au lactose !!!!! Mes yeux se sont alors écarquillés. Le lactose je connais mais le gluten, qu’est-ce que c’est ? Ce cher Monsieur m’a alors expliqué les causes et conséquences sur mon corps. Sur nos corps. Il m’a donné de la lecture (des polycopiés) sur le sujet. Et m’a conseillé de faire un essai sur au moins 15 jours sans gluten et sans lactose. Et c’est ce que j’ai fait. Durant 3 semaines, j’ai banni de mon alimentation le lait de vache, les yaourts, le pain, les pâtes, les pizzas, les céréales, la brioche et tous les gâteaux industriels.

Résultat : Mon ventre s’est mis à dégonflé, ma rhinite a disparu, pas d’urticaire, plus de lourdeur dans le bas ventre et est apparue…une sensation de légèreté. Après ces 3 semaines, j’ai essayé de réintroduire les aliments bannis et…les symptômes sont réapparus !

A partir de ce moment-là, j’ai réalisé que l’alimentation avait vraiment un impact important sur notre corps. Depuis je me documente et cherche à comprendre encore plus.

Désormais, je ne consomme plus de lait de vache. Je continue à en acheter car j’ai 2 enfants en pleine croissance mais je le choisis bio. Et  pour moi, c’est lait d’amande ou noisette principalement.

 

Les laits végétaux sont : (généralités)

  • Sans lactose
  • Sans cholestérol
  • Digestes
  • Peu allergisants
  • Sans gluten pour la plupart
  • Contiennent des lipides insaturés qui protègent des risques cardio vasculaires et contribuent à la construction cellulaire.
  • Source de protéines de très bonne qualité, excepté pour le lait de riz qui en est dépourvu.
  • Riches en glucides, surtout les laits de riz, d’avoine et de châtaigne.
  • Source de fibres, notamment les laits de coco, noisette, amande et châtaigne.
  • A faible teneur en calcium, donc enrichie souvent (exception faite pour amande et sésame qui sont riches en calcium)
  • Pas pour les enfants de – 12 mois en général
  • Au dessus de 12 mois peuvent être donnés occasionnellement. Ne remplace pas le lait maternel ou infantile

 

Toujours lire les étiquettes car d’une marque à l’autre il peut y avoir des différences.

Pour les enfants surtout en bas âge toujours demander l’avis d’un pédiatre ou médecin.

Préférer un lait issue de l’agriculture biologique.

 

Lait de châtaigne :

  • Très digeste
  • Riche en glucides
  • Riches en fibres
  • Bonne teneur en calcium
  • Contient des sucres particuliers qui enrichissent la  flore intestinale et des tanins précieux pour la circulation
  • Très riches en sucres lents
  • Riches en minéraux : potassium, magnésium, phosphore, vitamines des groupes B et C
  • Idéal pour le sport
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait de riz :

  • Dépourvu de protéines
  • Riche en sucres lents
  • Pauvre en graisses
  • Très digeste et léger
  • Bien pour les intestins fragiles
  • Nettoie le système digestif, à consommer lors de diarrhées
  • Source de : calcium, magnésium, cuivre, fer, phosphore, silice, vitamines du groupe B
  • Rafraîchissant
  • Idéal pour le sport
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait d’avoine :

  • Fortifiant
  • Riche en glucides
  • Riche en vitamine E
  • Riche en fibres, notamment en bêta-glucane (qui a des propriétés régulatrices sur la glycémie et sur le taux de cholestérol sanguin)
  • Elimine le cholestérol en excès grâce à sa teneur en fibres
  • Riche en tryptophane
  • Participent à la production de sérotonine et mélatonine
  • Les lipides possèdent un taux important de galactolipides, qui pourraient avoir un effet bénéfique sur le système nerveux
  • Très nutritif, idéal l’hiver
  • Contient des sucres lents
  • Calcium, magnésium, fer, phosphore
  • Elimine le trop plein de cholestérol
  • Apporte de l’énergie
  • Contribue au bon fonctionnement du cerveau
  • Contient moins d’acides saturés que le lait de soja
  • Léger et doux
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Contient du gluten

 

Lait de coco :

  • Très riches en fibres
  • Vertus antioxydantes
  • Peu digeste pour certains
  • Contient du cholestérol (le seul !)
  • Sans lactose

 

Lait de noisette :

  • Riche en vitamines B1 et B6
  • Riche en protéines
  • Riche en calcium
  • Riche en magnésium
  • Riche en potassium
  • Riche en cuivre
  • Riches en fibres
  • Phosphore, soufre, zinc, vitamines des groupes A, B, C et E
  • Riche en antioxydants
  • Lutte contre la constipation
  • Répare les intestins fragilisés
  • Très digeste
  • Riche en sucres lents
  • Convient aux enfants allergiques, nerveux et irritables
  • Faible teneur en sodium
  • Idéal pour les femmes enceintes car riche en acide folique et calcium
  • Idéal en période de croissance car aide à la formation et à la structuration des os
  • Idéal pour les personnes plus âgées pour prévenir l’ostéoporose
  • Idéal pour les sportifs
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait de soja :

  • Très riche en protéines
  • Action hypocholestérolémiante (réduit le taux de mauvais cholestérol)
  • Diminue les risques cardio-vasculaires
  • Contient autant de protéines que le lait de vache
  • Peu d’acides gras saturés
  • A des propriétés antioxydantes
  • Pas de calcium
  • Pas de vitamine D
  • Déconseillé aux nourrissons et jeunes enfants en dessous de 3 ans
  • Riche en phyto-ostrogènes, idéal pour les femmes en période de ménopause
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait de quinoa :

  • Riche en protéines
  • Riche en calcium
  • Riche en glucides
  • Pauvre en lipides
  • Apporte des minéraux : magnésium, phosphore, fer, vitamines des groupes A, B, C et E
  • Galactogène, donc idéal pour les femmes qui allaitent
  • Riche en acides gras insaturés
  • Digeste
  • Aide à la croissance
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait de noix :

  • Riche en calcium
  • Riche en phosphore
  • Riche en cuivre
  • Riche en zinc
  • Riche en magnésium
  • Riche en vitamines A, B1 et B2
  • Reminéralisant
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait d’amandes :

  • Riche en protéines, calcium (le double de celui contenu dans le lait de vache), magnésium, phosphore, potassium, fer, fibres, vitamines B2 et des groupes A, B et E, acides gras insaturés
  • Facile à digérer
  • Equilibre le taux de glycémie en cas de « coup de pompe »
  • Recommandé en cas de troubles  digestifs, intestinaux et cutanés
  • Aliment alcalinisant
  • Riche en graisses insaturées
  • Améliore la digestion
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Lait de sésame :

  • Riche en lécithine, acides gras, acides aminés essentiels, minéraux notamment en calcium
  • Effet bénéfique sur la mémoire et la clarté d’esprit
  • Renforce les os
  • Minéralise le corps
  • Sans cholestérol
  • Sans lactose
  • Sans gluten

 

Sources :

  • linkBio santé bien-être
  • linkLes petits déjeuners fleuris
  • Les laits végétaux
  • linkSanslactose.com
  • Infonaturel.ca
  • Psychologies.com
  • linkCfaitmaison
  • Naturalia
  • linkArnelae’splace
Repost 0

Ma Chaumière

  • : Bienvenue dans ma chaumière !
  • Bienvenue dans ma chaumière !
  • : j'aime ma planète. J'aime beaucoup moins notre façon de vivre influencée par la pub, les slogans industriels...et toutes formes de parasites ! C'est pourquoi je veux réagir et choisir ce qui est bien pour moi et pour la planète !
  • Contact

Pages

Les Voisins De Ma Chaumière